Comprendre ce qu'est le CARLISME (le légitimisme espagnol)

January 15, 2018

Le carlisme (en espagnol : carlismo) est un mouvement politique légitimiste espagnol apparu dans les années 1830 qui revendique le trône pour la branche aînée des Bourbons d'Espagne. Il est à l'origine de trois guerres civiles qui déchirent le XIXème siècle espagnol et marquent profondément le Royaume d'Espagne

Chacun sait que le carlisme espagnol s’est “télescopé” avec le légitimisme français pendant de nombreuses années, provoquant des troubles pour la revendication au trône de ""France"".. Ce qui est très fâcheux pour nous Royalistes Français. Les princes qui furent, à la fois, "aînés de la Maison de France" et "aînés de la Maison d’Espagne".


----------------— Naissance du mouvement Carliste —----------------

--> Le terme carlisme désigne le mouvement espagnol qui s’est levé pour soutenir les droits dynastiques du prince Don Carlos, aîné de la famille.

--> Le carlisme, né dans les années 1830, se manifesta d’abord comme une querelle dynastique au sein de la Maison de Bourbon. 
--> Les aînés des descendants de Philippe V (1683-1746) ― roi d’Espagne et petit-fils de Louis XIV ― se heurtèrent aux agissements de la branche cadette qui régnait à Madrid.

Cependant, assez rapidement, cette opposition se doubla d’un affrontement idéologique essentiel. On assistait alors, dans toute l’Europe, à une remise en cause des monarchies traditionnelles au profit des régimes libéraux dont les partisans préconisaient un compromis avec les idées révolutionnaires de 1789.

--> Avec des variantes, imputables aux spécificités historiques de chaque pays, cette lutte se poursuivit tout au long du XIXe siècle. 
En France, le roi des Français, Louis-Philippe Ier, qui incarnait cette idéologie du compromis, conseillait à ses fils de demeurer fidèles à l’esprit de 1789. 
En Espagne, elle a aussi continué, sous une forme ou une autre, jusqu’à nos jours. Le carlisme, son opposition, en demeure la preuve vivante.

*** Regardons la Dynastie des Bourbons d'Espagne ***

 

Philippe V, Roi d'Espagne (15 novembre 1700 – 14 Janvier 1746)

                                            *

Ferdinand VI, Roi d'Espagne (1746-1759) – Fils de Philippe V

                                           *

Charles III, Roi d'Espagne (1759-1788) – Fils de Philippe V

                                          *

Charles IV, Roi d'Espagne (1788-1808) – Fils de Charles III

 

=> Charlotte de Bourbon (Charlotte Joachime Thérèse d'Espagne), infante d'Espagne (1775-1830) 

par son mariage, Reine consort de Portugal et des Algarves et Reine puis impératrice titulaire du Brésil,
=> Marie Louis de Bourbon (Marie Louise Joséphine de Bourbon), infante d'Espagne (1782-1824).

reine d'Étrurie, puis duchesse de Lucques.
=> Ferdinand VII -- Roi d'Espagne
=> Charles de Bourbon (comte de Molina) - infant d'Espagne et prétendant au trône au nom de "Charles V" (1788-1855) 
=> Marie Isabelle de Bourbon -- infante d'Espagne, (1789-1848)
=> François de Paule de Bourbon (1794-1865) -- duc de Cadix

                                  

Ferdinand VII, Roi d'Espagne (1808) – Fils de Charles IV

 

*

Bonaparte

Joseph-Napoléon 1er, Roi d'Espagne (1808-1813) – Frère de Napoléon 1er

*

Bourbons d'Espagne

Ferdinand VII, Roi d'Espagne (1813-1833) – Fils de Charles IV

 

=> Isabelle II -- Reine d'Espagne (1830-1904) 

=> Louise-Fernande de Bourbon [Marie-Louise-Ferdinande de Bourbon]--(1832 -1897), Infante d'Espagne

puis duchesse de Galliera par son mariage,avec le prince français, Antoine d'Orléans, (fils du roi des Français Louis-Philippe Ier).

Membre de la maison capétienne d’Orléans, il est le fondateur de la branche Orléans-Bourbon prénommée par la suite d'Orléans-Galliera.                 

*

Isabelle II, Reine d'Espagne (1833-1836) – Fille de Ferdinand VII
 

Maison de Savoie

Amédée 1er, Roi d'Espagne (1870-1873) – Fils Roi d'Italie Victor-Emmanuel II de Savoie

 

Bourbons d'Espagne

Alphonse XII, Roi d'Espagne (1874-1885) – Fils d'Isabelle II

                           *                   

Alphonse XIII, Roi d'Espagne (1886-1931) – Fils d'Alphonse XII
 

La seconde république est proclamée, de 1931 à 1939


----------------— L’origine historique du litige —-------------------

-— Louis XIV, roi de France (1643-1715) donna donc au peuple espagnol un de ses petits-fils, Philippe, duc d’Anjou qui devait régner outre-Pyrénées sous le nom de Philippe V. (Traité d'Utech) ... En 1713, ce monarque imposa à son nouveau royaume une « loi salique » écartant les femmes de la succession au Trône. 
Cependant, son descendant, le roi Ferdinand VII (1784-1833) se trouvant sans héritier mâle, voulut, en 1830, modifier irrégulièrement l’ordre de dévolution de la Couronne au profit de sa fille Isabelle qui venait de naître, il ne convoqua pas les Cortès comme il en avait l’obligation.

---Cette mesure lésait les droits de son propre frère Don Carlos (1788-1855) auquel la succession avait été promise.

Aussi, ce prince se proclama, de sa propre autorité « roi d’Espagne » dès 1833, sous le nom de Charles V

 

Rappelons que dans la Monarchie Espgnole, les Femmes héritent souvent du Royaume, comme la très célèbre

-- Isabelle Ière de Castille & d'Aragon, Rein d'Espagne, dite "Isabelle la Catholique" --

=> Pas si, surprenant que le Roi Ferdinan VII, préféra sa fille ainée, pour assurée la dynastie Royale.


-— Dans le même temps, sa nièce Isabelle II (1833-1868) régna à Madrid sous la tutelle de sa mère la reine Marie-Christine (1806-1878). Dès ce moment, le gouvernement de la branche cadette va alterner entre le libéralisme et l’autoritarisme..... La Régente réduisit les libertés locales dont bénéficiaient, depuis des temps immémoriaux, de nombreuses provinces, spécialement celles du Nord et du Nord-Ouest : la Navarre, le Pays Basque, la Biscaye, l’Aragon, la Catalogne… 
Trois traditions résumaient le particularisme de ces régions : 
- la fidélité au catholicisme, 
- la fidélité à l’autonomie politique locale et 
- l’attachement aux libertés sociales héritées des générations passées

 

Tout au long des trois conflits qui en résultent, malgré quelques succès militaires, les troupes carlistes ne réussissent pas à prendre le pouvoir à Madrid, qui reste aux mains de la fille aînée de Ferdinand VII, devenue Isabelle II (de 1833 à 1868), puis de son fils Alphonse XII (de 1874 à 1885), et enfin du fils de ce dernier, Alphonse XIII (de 1886 à 1931).

 

----- Les guerres carlistes -----
 
1) La première guerre carliste (1837-1839)
se révéla malheureuse pour Don Carlos ("Charles V"). Sans doute, le prétendant laissa-t-il échapper sa chance dès le début du conflit, lorsqu’il renonça à pénétrer dans Madrid alors que la ville se trouvait à sa merci.

Durant deux années, accrochages et batailles continuèrent, mais le soulèvement se termina par la Convention de Vergara qui consacra la défaite des légitimistes.

L’Angleterre, le Portugal et la France avaient soutenu le régime d’Isabelle II par l’envoi de contingents militaires
--> En 1837, Louis-Philippe Ier mit à la disposition de la Régente Marie-Christine plus de 4000 hommes appartenant à la jeune Légion Étrangère. 

De leur côté, de nombreux contre-révolutionnaires européens s’engagèrent sous la bannière de Charles V. Une centaine d’entre eux venaient de chez nous et plusieurs portaient des patronymes qui s’étaient déjà illustrés au temps des guerres de Vendée et de Bretagne. D’une certaine manière, pour eux, c’était le même combat qui continuait. Ils suivaient l’exemple de leurs pères.

--> En 1845, Don Carlos, qui avait connu l’exil après son échec de restauration, résigna sa charge en faveur de son fils Charles-Louis, « Charles VI », (1818-1861).

Rapidement, le jeune prince voulut renouer avec l’épopée.

 

2) La deuxième guerre carliste (1846- 1849) ou guerre des Matiners
Celui-ci, partisan des idées nouvelles était loin de partager les opinions de ses soutiens. Éclate alors la Deuxième Guerre carliste ou guerre des Matiners. Cette guerre se développe principalement en Catalogne, Aragon, Navarre et Guipuscoa pendant les années 1846 à 1849.

Mis en échec et fait prisonnier lors du débarquement carliste à Sant Carles de la Ràpita (Tarragone),

--> « Charles VI » , le « roi carliste » abdiqua & renonça à ses droits, au profit de son frère Don Juan, « Jean III », (1822-1887).

Celui-ci, partisan des idées nouvelles était loin de partager les opinions de ses soutiens.

Aussi, dès 1868, il abandonna ses prérogatives en faveur de son fils Don Carlos, « Charles VII », (1848-1909), duc de Madrid.

---> À cette époque, Isabelle II est détrônée depuis deux ans (1868) et, après la période de régence du général Francisco Serrano, le Parlement élit comme roi Amédée de Savoie sous le nom d'Amédée Ier d'Espagne.

 

3) La troisième guerre carliste (1872 – 1876)

--> En 1869, le prétendant « Charles VII » publie un manifeste dans lequel il expose ses idées, parmi lesquelles celles de constituer des Cortèsavec une structure traditionnelle et de promulguer une Constitution ou d'approuver une Charte, ainsi que de conduire une politique économique de style protectionniste.

Dans son entourage, on retrouve des politiciens de droite (derechistas), appelés spécialement les « Catholiques ».

---> À cette époque, Isabelle II est détrônée depuis deux ans (1868) et, après la période de régence du général Francisco Serrano, le Parlement élit comme Roi Amédée de Savoie sous le nom d'Amédée Ier d'Espagne.

--> Charles VII voyant s'éloigner la possibilité de restauration bourbonienne, dans chacune de ses deux branches, il déclenche, en 1872, la Troisième Guerre carliste, d'abord

-- contre Amédée Ier,

-- puis contre la Première République espagnole, proclamée en 1873 après l'abdication du roi,

-- puis finalement contre Alphonse XII, proclamé roi par le général Arsenio Martínez-Campos Antón à Sagonte (Valence).

--> La guerre se termine en 1876 avec la conquête d'Estella (Navarre), la capitale carliste, et par la fuite vers la France du prétendant.

 

---- La tradition carliste -----

--> Au XXe siècle, Jaime Ier (1870-1931), fils de Charles VII, garda les traditions de sa lignée mais, n’ayant pas d’héritier direct, la continuité dynastique se trouva assurée par son oncle Alphonse-Charles Ier (1849-1936).

--> Ce roi sans couronne nous intéresse vivement car on lui doit l’officialisation des grands principes de la «légitimité espagnole».Ces éléments capitaux pourraient se résumer en quelques lignes. 
 -- 1) La religion catholique, avec toutes les conséquences juridiques et sociales attachées à sa prééminence, fait partie de l’essence même de l’Espagne. 
-- 2) l’unité du Royaume d'Espagne qui ne peut être remise en cause. Sont pleinement reconnus les «états et corps», hérités de la tradition, de même que l’autonomie des provinces dans leur identité, leurs lois et libertés. Cela, étant sauve «l’unité de la Patrie»
-- 3) la monarchies traditionnelle tire sa légitimité de son origine historique mais aussi de sa façon d’exercer le pouvoir. C’est pourquoi les anciens principes doivent être restaurés partout où cela s’avère possible et les lois contemporaines remplacées par celles du «droit nouveau».

=> Le prince Alphonse-Charles édicta ces règles fondamentales au moment d’abandonner la direction du mouvement à son neveu par alliance, le prince Xavier de Bourbon-Parme.

Ce dernier devint, en effet, quelques mois plus tard, «Régent de la Communion Traditionnelle Carliste».

=> Donc, en aucun cas Prince Français ou

prétendant à la Couronne du Royaume de France

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

*** Prétendants de la branche parmesane *** au Trône d'Espagne

--Les prétendants qui suivent sont soutenus par les carlistes « xaviéristes », du Parti carliste et de la communion traditionaliste carliste jusqu'en 1975 --. 


1) 1936 – 1952: Xavier de Bourbon Parme (désigné comme « régent » du mouvement en janvier 1936 ; neveu de la « duchesse de San Jaime »), Xavier est aussi un demi-frère du

« duc de Parme », et un cousin éloigné — au 11e degré en ligne masculine — du « duc de San Jaime », le dernier prétendant historique).


2) 1952 – 1975 : « Xavier Ier » (le même ; « abdique » en 1975) .... Après cette date, la branche parmesane se scinde en deux.

 

--> D'abord la branche aînée, qui soutient le socialisme autogestionnaire : 
1975 – 2010 : « Charles-Hugues Ier » (fils aîné du précédent) 
Depuis 2010 : « Charles-Xavier Ier » (fils aîné du précédent)

 

--> Ensuite la branche cadette, favorable au traditionalisme  

Depuis 1975 : Sixte-Henri de Bourbon-Parme (« régent » du mouvement) (oncle du précédent) —il n'est pas un PRINCE Français , c'est un ESPAGNOL

 

--- Prétendant à la couronne d'Espagne ---

La succession carliste agite les Parmes dans les années 30. Le Prince Alphonse-Charles de Bourbon est vieillissant et sans héritiers directs.

Certains songent à rallier le Roi Alphonse XIII de Bourbon mais avec les rumeurs sur l’origine de la naissance du Roi d’Espagne, les carlistes se divisent sur le sujet de la succession.

Enfin l’animosité entre le prétendant carliste (passablement irrité par l’attitude de la famille royale d’Espagne notamment en matière matrimoniale) et le Roi exilé d’Espagne, l’échec des négociations de réconciliation précipite l’avenir du Prince Xavier.

==> Il est désigné héritier direct du Prince Alphonse Charles de Bourbon le 23 janvier 1936.

Lorsque la guerre civile éclate en Espagne (1936), les carlistes se rangent aux côtés des franquistes du Général Franco. Xavier de Bourbon-Parme est nommé Commandant en chef des armées carlistes.

--> Le 10 mars 1936, le Prince Alphonse-Charles écrit à Xavier et lui annonce qu’il n’est arrivé à aucun accord avec Alphonse XIII et pour éviter qu’il perde ses droits crée une régence dont il met le Prince de Parme à sa tête.

------------------------------------------

Toujours combattif, le Prince reprend le flambeau carliste qui est désormais divisés entre

1) --> les partisans de Juan de Bourbon (Fils d'Alphonse XIII -- héritier du Trône d'Espagne & fils du Roi d'Espagne Alphonse XIII)

2) --> Charles-Pie (carlos VIII) de Habsbourg- Toscane.

Il passe la frontière espagnole à diverses reprises entre 1945 et 1950, aidé par des contrebandiers et préside des réunions carlistes.

--> Le 20 mai 1952, la Conseil national de la Communion traditionnaliste déclare officiellement dans un communiqué que le Prince Xavier est désormais l’héritier légitime de la succession carliste.

-- Régent depuis la mort d’Alphonse-Charles, Xavier devient Roi titulaire sous le nom de Xavier Ier (Javier Ier).

Manuel Fal Conde (1894-1975) assure la représentation du Prince en Espagne depuis 1935.

--> Le mouvement carliste s’est de nouveau unifié 3 ans auparavant (le Parti Catholique National et le parti Catholique Traditionnaliste ont fusionné pour former la Communion Traditionaliste). Le régime franquiste est au courant des visites du Prince Xavier et ferme les yeux.

--> Opposant à la politique du Général Franco et ayant refusé toute fusion du carlisme avec les Phalanges espagnoles du dirigeant espagnol, Xavier est finalement expulsé d’Espagne en 1956.

--> Sans leader, le carlisme commence à péricliter mais reste néanmoins présent dans la politique espagnole.

Pis, le Duc titulaire Elie de Bourbon–Parme condamne les actions du Prince Xavier par une lettre le 31 juillet 1958 et reconnaît pleinement l’autorité de Juan de Bourbon.

--> Enfin, le Pape Pie XII qui ne cachait pas ses sympathies pour le carlisme décéda la même année. Son successeur, le Pape Jean XXIII déclara le Prince personna non grata au Vatican.

--> En 1962, caressant toujours l’idée de monter sur le trône, Xavier autorise son fils Charles Hugues de Bourbon-Parme à négocier directement avec le Général Franco et ce malgré un certain agacement dans les rangs carlistes. D’ailleurs ces derniers se mobilisent.

--> Le 20 mai 1963, alors que le Prince Juan Carlos de Bourbon et son épouse Sophie de Grèce (pressentis pour succéder au Caudillo Franco) assistent à une première du théâtre espagnol, les infantes Marie-Thérèse et Cécile présentes elles aussi sont acclamées par des carlistes qui jettent des légumes sur Juan Carlos et son épouse, forcés de s’enfuir par une porte dérobée.

 

--- Les enfants du Prince Xavier de Bourbon-Parme ---

Le 22 février 1972, Xavier est victime d’un accident de la route. Sérieusement blessé, il laisse son fils aîné prendre les rênes du mouvement carliste. Mais les réforme que le jeune Prince tente d’introduire au sein de l’appareil carliste se heurte aux traditionalistes autant qu’il attire de nouveaux membres acquis aux idées montantes du socialisme. Entre le père et le fils des tensions politiques éclatent.

--> La famille des Parmes commence à se déchirer. Le Prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme mène la bannière des traditionalistes.

--> Le 20 avril 1975, Xavier annonce aux carlistes qu’il abdique en faveur de Charles Hugues de Bourbon-Parme.

Le mouvement carliste se divise de nouveau.

--- Manuel Fal Conde a été écarté de la direction du mouvement, le Prince Sixte-Henri supporté par sa mère Madeleine de Bourbon- Busset rassemble ses partisans. Le clash entre les deux obédiences politiques du mouvement éclatera en 1976 à Montejurra.

--> Le 4 mars 1977, le Prince Sixte-Henri publie une lettre de son père qui affirme son support au carlisme traditionnaliste et condamne toute autre forme de doctrine.

-- Charles Hugues accuse son frère et sa mère d’avoir enlevé son père et la Princesse Cecilé se rue à l’hôpital ou séjourne leur père afin de le ramener près de Charles Hugues (7 mars 1977).

-- Xavier signe un nouveau communiqué où il ré-affirme les droits au trône de son fils aîné.

Le lendemain, Madeleine de Bourbon–Busset publie une déclaration où elle condamnera les actions de son fils aîné et de sa sœur. C’est dans ce contexte de rivalité que Xavier de Bourbon-Parme décède le 7 mai 1977 d’une attaque cardiaque en Suisse alors qu’il rendait visite à sa sœur, Zita de Bourbon-Parme.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nous venons de comprendre que les Carlistes ("Bourbons Parme" & "Bourbons des Deux Siciles" d'Espagne, ne sont en RIEN des prétendants légitimes au Royaume de France ou Princes de France)

--> Maintenant creusons sur ces branches Espagnols pour comprendre la situation & l'éclaircir totalement

------------------------------------------------------------------------------------------------------

*** Prétendants de la branche alphonsiste *** (au trône d'Espagne, branche de louis alphonso """louis XX""" qui OSE prétendre au trône de France -- quelle fumisterie !! )

 En 1936, une partie des carlistes continue de suivre la loi salique, en se ralliant à l'ex-roi Alphonse XIII, nouvel aîné des Bourbons d'Espagne.

 
--> 1936 – 1941: Alphonse XIII (cousin au 6e degré en ligne masculine du dernier prétendant historique) 
Après la mort d'Alphonse XIII, la majorité des carlistes unionistes — les « jeanistes »

(ou « estorilos ») — se rallient à son fils cadet (que le roi déchu s'était choisi comme successeur désigné), puis au fils de ce dernier. 


--> 1941 – 1977: « Jean IV » (fils cadet du précédent) 
1) Depuis 1977 : Juan Carlos Ier (fils du précédent), Roi D'Espagne & son Fils Pélipé VI (l'actuel Roi d'Espagne)

Après la mort d'Alphonse XIII, un tout petit nombre de carlistes soutient la nouvelle branche aînée des Bourbons d'Espagne, bien que seul le premier ait réellement revendiqué le trône. 
--> 1941 – 1975 : « Jacques IV » (fils aîné d'Alphonse XIII) 
--> 1975 – 1989: « Alphonse XIV » (fils aîné du précédent) 
--> Depuis 1989: « Louis XX » (fils du précédent) ===> l'escro 😊 1ere CLASSE qui se revendique "prétendant au trône de France", alors que c'est un prince Espagnol qui recherche désespérement à prendre le trône d'Espagne.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

*** Prétendants Habsbourg-Lorraine *** au trône d'Espagne

 

Après 1936, une partie des carlistes — les «carloctavistes» —, toujours moins nombreuse après 1953, se rallie à la princesse Blanche de Bourbon (« infante » carliste, fille aînée de

« Charles VII ») et à ses descendants, en dépit de la loi salique (qui était la pierre angulaire du carlisme) : 
--> 1936 / 1943 – 1953: « Charles VIII » (5e fils de la précédente) 
--> 1953 – 1956: « Léopold Ier » (frère aîné du précédent) 
--> 1953 / 1956 – 1961: « Charles IX » (frère cadet du précédent) 
--> 1961 – 1975: « François-Joseph Ier » (frère cadet du précédent) 
--> Depuis 1975: « Dominique Ier » (2e fils de « Charles IX»)

 

Vous comprenez que cet ESPAGOUIN Louis Alphonso & le Bourbon Parme sont des ESPAGNOL, luttant pour le Trône d'Espagne mais comme, ils sont bloqués en Espagne, ils viennent nous enmerdés en FRANCE avec des "prétentions totalement illégitime & sont des princes ESPAGNOLS"... 
--- Ces trous du CU !! devraient s'occuper des affaires de l'Espagne vu ce Roi fantoche, l'actuel Felipé VI ayant vendu, son royaume aux judéo-maçon, le Royaume d'Espagne, que venir nous faire chier en France, à s'inventer leurs mensonges pour diviser les Forces Royalistes en France.

 

Voilà, les vérités exposées, vous avez pu comprendre que beaucoup de menteurs profitent de la situation catastrophique de la France pour manipuler les Français, sur ces queurelles dynastiques du passé en Espagne, voulant, nous les importés en France.

--> Les pseudo Royalistes en France, sont du même accabît, mentir, manipuler & essayer d'imposer leurs charlatants tous illégitimes de part les lois fondamentales du royaume de France....Prendre le parti de l'étrangers a toujours été l'apanage des traîtres dans toute notre Histoire de France.

 

Le P-F-M, parti de la France Monarchique, a rétablit la vérité sur ces Princes Espagnols qui nous enmerdes royalement depuis le Roi Ferdinand VII & sa fille Isabelle, la Reine d'Espagne ... Nous ne laisserons pas & plus ces charalatants venir usurper ou essayer de voler le trône de France à Dieu & aux français.

 

Pour Dieu & le futur Roi 

Vive la France & Vive le P-F-M

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags