Synthèse pour comprendre la situation Monarchique en France avec ces prétendants illégitimes

February 10, 2018

 

Tout est entièrement fondé car la royauté française repose sur les Lois fondamentales du Royaume qui ont été inspirées par Dieu au cours de l’Histoire. Comme tout pouvoir émane de Dieu, la royauté Française repose sur le baptême de Clovis à Reims le 25 décembre 496 par Saint Rémi afin de tenir la promesse faite à son épouse chrétienne Clotilde le jour de la bataille de Tolbiac. 


-— Clovis devient ainsi le Fils aîné de l’Eglise et c’est là la première loi fondamentale pour en faire le roi très chrétien. A la mort de Clovis, le royaume franc est partagé entre ses enfants selon la loi dite salique des Francs Saliens : seuls y succèdent les garçons à l’exclusion des filles, l’aîné étant le premier servi selon son choix
-— La loi dite salique se résume donc aux droits particuliers des garçons et au droit d’aînesse entre ces derniers. D’où, la primogéniture mâle comme loi fondamentale... laquelle a été appliquée pendant treize siècles avec succès et au demeurant est toujours d’actualité. Cette première loi fondamentale a été précisée au cours des siècles et complétée par d’ autres lois d’inspiration divine. 
--------------------------------------
La première occasion fut l’extinction de la dynastie mérovingienne, fondée par Clovis, survenant au VIIe siècle. Cette dynastie ne survivait plus que chez les Pépinides issus de Charles Martel et l’Eglise vit chez les Pépinides la survivance des Mérovingiens en raison des nombreuses alliances du siècle écoulé.
A la suite de Pépin de Herstal et de Pépin le Bref, la succession était définitivement consacrée et la dynastie fut qualifiée carolingienne à la suite de Carolus Magnus dit Charlemagne mais les lois franques demeuraient applicables et, en 814, l’empire est partagé entre les trois fils de Charlemagne ce qui conditionnera l’histoire européenne jusqu’au milieu du XXe siècle.
-— Au Xe siècle, la dynastie carolingienne s’éteint avec Louis V d’Outremer mais elle survit avec les Robertiens issus de Robert le Fort et du comte Eudes de Paris
Finalement, le passage dynastique est consacré en 987 avec l’élection du Robertien Hugues Capet.

Cette élection était une formalité romaine et franque pour la nomination de l’empereur et du roi par acclamation à la tête des armées. L’élection est finalement devenue le privilège des douze pairs (six ecclésiastiques et six laïcs) à la mort de chaque roi mais les Capétiens ont rapidement fait procéder à l’élection de leur fils aîné au rang de roi de leur vivant ce qui présentait de nombreux avantages de stabilité et de formation du fils aîné ou devenu aîné à la fonction royale. 
--------------------------------------
Le miracle capétien se poursuit ainsi jusqu’au XIVe siècle avec les trois fils de Philippe IV le Bel décédés sans descendance mâle
----Les lois fondamentales avaient reconnu aux fils posthumes du roi défunt la dévolution de la couronne et ce fut le cas pour Jean Ier lequel décéda rapidement. Il était déjà établi qu’en cas de décès du roi sans autre descendance mâle, la dévolution prenait en compte le descendant du frère du dernier roi ayant régné le plus proche en remontant au besoin les générations. 

==> C’est ainsi que des Capétiens directs, la couronne passa aux Capétiens de Valois avec Philippe VI et des Capétiens de Valois aux Valois d’Orléans et finalement aux Angoulême avec François Ier dont le dernier représentant ayant régné est Henri III dont il fut nécessaire de reconnaître la dignité et l’aptitude successorale malgré la pérégrinité qu’on lui reprochait du fait qu’il était devenu roi de Pologne du temps du règne de ses frères François II et Charles IX. 
En 1589, Henri III décède sans descendant mâle et il ne reste plus aucun Angoulême. 


Il faut remonter à Saint Louis IX pour trouver un successeur légitime dans la descendance de son sixième fils Robert comte de Clermont et duc de Bourbon :

—-> il s’ agit d’Henri de Bourbon, roi de Navarre, comte de Béarn, de Bigorre et de Foix, fils d’ Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret, reine de Navarre. 
Pour compliquer la situation, bien que proche d’Henri III et ce d’autant plus qu’il est l’époux de Marguerite de Valois-Angoulême (la reine Margot en son château d’Odos), il est protestant. 
Or, depuis Catherine de Médicis, régente pour ses trois fils François II, Charles IX et Henri III, il était évident que le roi de France devait être catholique et il paraissait impossible de revenir sur la loi fondamentale de Catholicité. 
Finalement, après que fut déclaré insuccessible le vieux cardinal de Bourbon de Lorraine qui tenta d’être Charles X, Henri de Navarre se convertit définitivement à la religion catholique. Paris vaut bien une Messe et c’est déjà avouer que seule la Messe catholique est une vraie Messe. 
-------------------------------------------------
C’est la dynastie des Capétiens Bourbons Directs qui s’éteint en 1883 avec Henri V duc de Bordeaux et comte de Chambord : d’Henri IV à Louis XIII puis Louis XIV et son arrière-petit-fils Louis XV et le petit-fils de ce dernier Louis XVI puis le fils de ce dernier Louis XVII, qui a été exfiltré de la prison du Temple mais dont on ne sait s’il a une descendance, puis Louis XVIII et ensuite Charles X, tous deux frères de Louis XVI, Louis XIX fils de Charles X, époux de Madame Royale fille de Louis XVI, décédé sans descendant mâle et Henri V fils posthume du duc de Berry assassiné le 14 février 1820 par Louvel. 

 

*** Ouvrons une parenthèse ***

en présence de la dynastie légitime incarnée par Charles X, Louis XIX et Henri V, les Orléans qui descendent de Philippe d’Orléans, fils cadet de Louis XIII et frère de Louis XIV, sont d’autant plus loin dans l’ordre dynastique qu’il existe sur le plan organique six autres branches de la Maison de Bourbon prioritaires sur les Orléans :
---> les Bourbon-Barcelone, les Bourbon de Séville et les Bourbon de Santa Elena, les Bourbon Deux Siciles et les Bourbon de Parme

sur le plan matériel et juridique, les Orléans étant initiés à la franc-maçonnerie depuis le fils du Régent, cela leur a fait perdre la dignité et aptitude dynastique du fait de la bulle In eminenti apostolatus specula fulminée par Clément XII le 28 avril 1738 excommuniant automatiquement les initiés à la franc-maçonnerie, ce qui invalide définitivement la catholicité des Orléans. 
Qui plus est, Philippe d’Orléans, dit Philippe Egalité, a voté la mort de Louis XVI le 20 janvier 1793, ce qui le rend d’autant plus régicide que l’assassinat de Louis XVI n’ a recueilli la majorité que par son vote personnel... 
-— Or non seulement le régicide a porté atteinte à la personne sacrée de Louis XVI mais, de plus, le crime ne peut profiter au criminel ou à ses descendants ; d’où deux autres causes de la perte définitive des droits dynastiques des Orléans. Ceci pour dire que l’épisode Louis-Philippe en 1830-48 est une tartuferie républicaine et une imposture. 
Hélas pour les Orléans, ils ne sont plus Orléans que par la main gauche ceux qui les exclut à nouveau de la dévolution. En effet, dernier fils de Robert d’Orléans, duc de Chartres, et de Françoise d’Orléans, Jean d’Orléans est gendre de Philippe VII comte de Paris et beau-frère de Philippe VIII duc d’Orléans, tous deux anciens prétendants orléanistes. 
Il épouse sa cousine germaine Isabelle d’Orléans et devient alors duc de Guise dont il a trois filles et un fils Henri comte de Paris, marié à Isabelle d’Orléans-Bragance et décédé en 1999. De ce dernier Henri comte de Clermont et de Mortcerf puis de Paris et de France suit Jean duc de Vendôme. Les mariages consanguins empilés au fil des générations pour augmenter les gênes orléanistes font naître du dernier et actuel comte de Paris deux premiers enfants atteints de débilité mentale. 
Hélas pour les Orléans, vers la fin du XIXe siècle, les Orléans n’ont plus de descendance mâle même en remontant à avant 1738. Ils ne sont plus Orléans que par la main gauche ce qui les exclut à nouveau de la dévolution. Il ne reste pas de descendance des Orléans antérieure à 1793 et idéalement à 1738 autre que celle connue à la fin du XIXe siècle et aujourd’hui dans les conditions rappelées ici. 

à travers l'Histoire de France, toujours les branches se sont rejoins pour ne former qu'une SEULE & UNIQUE Lignée, mettant ainsi naturellement aux rivalités stérilles

--------------------------------------------------------
Revenons en 1883 au décès d’Henri V (comte de Chambord). Pour trouver le successeur conforme aux Lois fondamentales du royaume, il faut remonter à Louis XIV et au Grand Dauphin pour reconnaître en Philippe duc d’Anjou fils du Grand Dauphin et petit-fils de Louis XIV le successeur convenable. 
--— Philippe d’Anjou a eu une nombreuse descendance dont la branche aînée règne alors en Espagne en précisant ici que les Lois fondamentales du royaume ne sont pas applicables en Espagne mais qu’elles inspirent la Pragmatique Sanction de Charles III d’Espagne, fils de Philippe V d’Anjou. 
En ce XIXe siècle secoué et tourmenté, le roi Fernand VII n’a laissé qu’une fille Isabelle, laquelle épouse un de ses cousins issu non pas du frère cadet de son père l’Infant Charles mais du frère benjamin François de Paule à savoir François d’ Assise. 
En 1936, le nouvel aîné de la maison d’Anjou et donc de la Maison de Bourbon se trouve désormais dans la descendance de François de Paule et de son fils François d’ Assise, époux d’Isabelle II, à savoir Alphonse XIII d’Espagne et Ier "de France", lequel décède aussi en 1936
Le roi Alphonse a pour fils aîné Jaime-Enrico duc de Madrid, de Ségovie et d’Anjou et son fils cadet est Juan comte de Barcelone qui est le père de Jean-Charles Ier et le grand-père de Felipe VI ; 
en tant qu’aîné des Anjou et Bourbons, Jaime-Enrico est donc le Chef de la Maison de France de 1936 à son décès en 1968 et ce finalement en tant qu’ Henri VI. 
Le fils aîné d’Henri VI est Alphonse duc de Cadiz et d‘Anjou et son frère cadet est Gonzague duc d’Aquitaine. Devenu roi en 1968, le roi Alphonse II a deux fils :

—--> le dauphin François tragiquement décédé dans un accident de la route en 1987 et Louis-Alphonse né le 25 avril 1974 qui se prétend Louis le XXe lors du décès de son père à Aspen en 1989 dans des conditions fort peu élucidées. 

 -------------------------------------------
Si l’on considère l’ascendance masculine de Luis-Alfonso, il descend en ligne directe de Francois d’Assise de Bourbon (1822 – 1902), duc de Cadix, époux d’Isabelle II, et fils de Francois de Paule de Bourbon (1794 – 1865), lui-même second « frère » de Ferdinand VII, et troisième « fils » de Charles IV. 
Voici en quel sens il pourrait se considérer Bourbon par les mâles, mais en aucun cas il n’aurait la possession d’état d’héritier légitime. Car son ancêtre direct, Francois de Paule de Bourbon, a perdu cette possession d’état pour avoir été solennellement déclaré enfant adultérin de la reine Marie-Louise, femme de Charles IV, et de Don Manuel Godoy, ancien Premier Ministre, avec lequel elle vivait maritalement. Cette déclaration, comportant exclusion du trône, reçut la ratification du roi Ferdinand VII.

 
**** Penchons nous sur les lois Fondamentales du Royaume.****

1) Le Sceptre ne peut passer en des mains étrangères : aucun étranger ne peut être souverain pour garantir l'indépendance du Royaume. 
2) Loi de principe Monarchique : « Pas de Roi, pas de Lois ». Or aucun Roi de France ne lui a donné des droits ou privilèges. 
3) Loi de Nationalité : en trois ou quatre générations, les princes du sang de France peuvent perdre leurs belles qualités capétiennes, en cas de rupture prolongée de la continuité royale. Ainsi, sauf cas de choix divin manifeste, les Princes du Sang Catholique nés à l’étranger depuis plusieurs générations sont écartés de la succession au profit des Princes du Sang de France Catholiques nés et grandis en France. La double nationalité espagnole et française, dont se réclame le duc d’Anjou-Cadix, n’a cours qu’en république, et n'a aucune valeur dans la monarchie française. 
4) Loi de Masculinité : un Prince du Sang (expatrié) qui a perdu le droit de succéder à la Couronne, ne peut le transmettre à sa postérité, ses descendants étant, comme leur aïeul, « absolument, pour toujours, indignes de la Couronne de France ». 
5) Le traité d’Utrecht de 1713 est très clair !! Philippe V d’Anjou - et tous ses descendants - a été déshérité du trône de France, afin qu'il puisse être Roi d'Espagne (évitant à l'Espagne d'être vassalisée et sous la tutelle française). Le traité d’Utrecht a été établi pour éviter le risque de Double Monarchie : Comme Felipe VI est Roi d'Espagne - descendant direct d’Alfonso XIII (cousin de Louis Alfonso Duc d'Anjou – la France risque de répéter, mais dans le sens inverse, l'Histoire de la Guerre de succession d'Espagne sous la Couronne d'Espagne et en être sous sa tutelle. 
--------------------------------------------------
Sur la dite carte d’identité du papa, le titre de « duc de Bourbon », éteint depuis 1830, a été remplacé par le titre de « duc d’Anjou ». 
Or, la branche aînée, descendante de Philippe V d’Espagne, petit-fils de Louis XIV, devenue maison royale étrangère depuis 1713, ne possède plus de titre français (le duché d’Anjou a été concédé plusieurs fois à d’autres princes français depuis 1713 et n’assume plus aucun service en France). 
Enfin, Philippe V étant vivant, le titre de duc d’Anjou est conféré par Louis XIV au futur Louis XV et par Louis XV à son fils et, plus tard à son deuxième petit-fils, futur Louis XVIII. Un titre usurpé par ce Louis Alfonso
----> Outre le titre de « Roi de France » numéroté en « Louis XX » alors que Luis n’est pas encore sacré sauf par quelques médias.....Selon les lois fondamentales du Royaume, seul le sacre peut vous donner un numéro On ne saurait donc utiliser la « loi salique » pour justifier, en réalité depuis le milieu du vingtième siècle, qu’un Bourbon d’Espagne puisse légitimement être tenu pour un Alphonse de France et nous faire prendre des vessies espagnoles pour des lanternes françaises.

 Alors le Parti de la France Monarchique (P-F-M) n'a t'il pas RAISON ? je vous laisse y réfléchir (sinon, vous allez me dire, que je vous ai manipulé voir pire, ayant fait de la propagande ou raconter des mensonges pour créer le BUZZ ...) ... 

 
*** Conclusion ***

--> ORLEANAIS ? Illégitime 

--> Les Bourbons d'Espagne ? comme ses cousins CARLISTES, ceux sont des Princes Etrangers Espagnols donc de facto, totalement ILLEGITIME

 

Nous sommes dans la situation suivante que le P-F-M [Parti de la France Monarchique], traitera à travers ce blog, nous n'avons plus aucune dynastie Royale en France. 

Toutes les guerres actuelles pour profiter d'une situation chaotique, afin de récupérer le Trône de France appartenant à Dieu est encore une marque de leurs illégitimités: selon les loi Fondamentales du Royaume: ces lois données par Dieu ont pour but justement d'éviter les Guerres de successions. Ceux que ces prétendants illégitimes & leurs partisans usurpent depuis de nombreuses décénies.

 

Il faut en finir avec ces querelles & guerres qui empêchant tout combat Monarchique réel & sauver la France.

 

Pour Dieu & le Futur Roi,

Vive le P-F-M & Vive la France

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook
  • Twitter