Quand les analyses du P-F-M se vérifient: En finir avec les querelles STUPIDES & mensongères des deux camps(Orléanistes & Légitimistes)

February 20, 2018

 

 

Afin, d’en finir avec la propagande des pseudo-légitimistes, qui tente depuis des années de légitimer leur prince de substitution à grand renfort d’arguments sans véritable valeur juridique et d’un révisionnisme éhonté de l’histoire de la monarchie française et de ses lois fondamentales, nous conseillons à tous nos lecteurs qui ne l’auraient pas encore lu ce magnifique ouvrage publié en 2013 aux Éditions Patrice du Puy « Le Roi légitime : Bourbon ou Orléans? »

Pour en finir avec la propagande pseudo-légitimiste Le livre de Patrick Germain,

« Le roi légitime – Bourbons ou Orléans – L’impossible querelle entre cousins », fruit de deux ans de travail, s’appuie sur l’étude des conditions historiques dans lesquelles ont été préparées et signées
---> les renonciations de Philippe V de Bourbon à ses droits à la Couronne de France et des ducs de Berry et d’Orléans de leurs droits à la Couronne d’Espagne, renonciations préalables et conditions essentielles des Traités d’Utrecht, signés en 1713. 
---> Il est de bon ton chez certains de dire que la renonciation de Philippe V, ayant été contraire à la loi fondamentale du royaume de l’indisponibilité de la couronne, n’était pas valide. Or elle a bien été prononcée et a bien produit des effets au cours des deux siècles qui ont suivi. 

Peut-on considérer que la mort du comte de Chambord était une raison suffisante pour juger nulle une renonciation faite 170 ans auparavant et donner à la descendance de Philippe V d’Espagne un droit à la couronne de France, revendication jusque là absente tant du débat national qu’international ? 

Ce livre analyse aussi les rapports entre le comte de Chambord et le comte de Paris, dès avant et lors la tentative de restauration de 1873.
---> Il met en évidence la position des monarchistes français à la mort du dernier Bourbon de la branche aînée. (Tout concourt à considérer que le comte de Paris était bien l’héritier dynastique du comte de Chambord, dont la quasi totalité de l’entourage, s’était ralliée à cette idée). 
Seuls quelques membres de ce qui fut appelé «la petite chapelle de Frohsdorf », comtesse de Chambord en tête, pensaient autrement. 

Le livre de Patrick Germain montre bien quels sont les vrais rapports entre les monarchistes français et la Maison d’Orléans, la Maison de France, depuis 1883. 
---> Les tentatives de ceux qu’il appelle les néo-légitimistes pour reconnaître l’aîné de la Maison de Bourbon comme chef de la Maison de France semblent bien dérisoires au regard de l’histoire et reposent, non sur sa vision raisonnable, mais sur une impossibilité d’accepter la réalité française, qui ne peut faire l’impasse sur 1789 et 1830, et lui substituer une fantaisie dynastique. 

L’objectivité de l’auteur qui n’a jamais manifesté aucun sentiment particulier en faveur de la Maison d’Orléans se retrouve tout au long de ses analyses qui présentent les faits comme ils se sont passés, et ont été perçus au cours des siècles, et non comme certains souhaitent aujourd’hui qu’ils se soient passés. 
---> « Le roi légitime – Bourbons ou Orléans – L’impossible querelle entre cousins »
offre au lecteur la possibilité de mieux connaître une querelle dynastique qu’il juge sans objet mais divise profondément le mouvement monarchiste français. 

Patrick Germain est l’auteur de “Charles et Zita, derniers souverains d’Autriche-Hongrie” et co-auteur de «Mon père, mon frère les Shahs d’Iran – Entretien avec le prince Gholam-Reza Pahlavi ». ...« Le roi légitime – Bourbons ou Orléans – L’impossible querelle entre cousins », Patrice du Puy, Éditeur 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

--- Comment mettre au pas, les COLLABOS "légitimistes" —

1803: Bonaparte, demande aux Princes de la Maison de France de renoncer à leurs droits dynastiques


---> Il n’est pas utile de souligner qu’aucun descendant du roi d’Espagne , Philippe V, n’a été associé à cette déclaration, et que selon le premier paragraphe de cette déclaration, ils ne sont pas assimilés aux Prince de la Maison de France

Preuve une fois de plus, que Louis XVIII et Charles X excluaient bel et bien leurs cousins de la la branche Espagnole de toutes prétentions dynastiques au trône de France.
------------------------------------------------------
Le 26 Février 1803, alors que le comte de Provence (Louis XVIII), chef de la Maison de France, était en exil en Pologne à Varsovie, un message venu au nom de Bonaparte, Premier Consul, vint demander au chef de la Maison de France et aux Princes de son sang de renoncer à leurs droits dynastiques au Trône de France. En échange de cette renonciation, Bonaparte promettait une rente à vie à l’ensemble des Princes. Cette tentative est comparable à celle menée cinq années plus tard en Espagne lorsque Ferdinand VII abdiqua le Trône en faveur de Napoléon Ier qui le donna à son frère Joseph.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
La réponse du comte de Provence (datée du 28 Février) fut d’une clarté absolue: 


"" Je ne confonds pas M. Bonaparte avec ceux qui l’ont précédé ; j’estime sa valeur, ses talents militaires ; je lui sais gré de plusieurs actes d’administrations; car le bien que l’on fait à mon peuple me sera toujours cher ; mais il se trompe, s’il croit m’engager à transiger sur mes droits : loin de là, il les établirait lui-même s’ils pouvaient être litigieux, par la démarche qu’il fait en ce moment. 
J’ignore quels sont les desseins de Dieu sur ma race et sur moi : mais je connais les obligations qu’il m’a imposées par le rang où il lui a plu de me faire naître ; chrétien, je remplirai ces obligations jusqu’à mon dernier soupir ; fils de Saint Louis, je saurai, à son exemple, me respecter jusque dans les fers ; successeur de François Ier, je veux du moins pouvoir dire comme lui : Nous avons tout perdu fors l’honneur. 
Et plus bas de cette réponse est rajoutée la phrase : Avec la permission de mon oncle, j’adhère de cœur et d’âme, au contenue de cette note. Signé : Louis-Antoine d’Artois, duc d’Angoulême. 
Après avoir été éconduit par le chef de la Maison de France, ce dernier informa de cette visite incongrue son frère le comte d’Artois (futur Charles X) qui était chargé d’en faire part au Princes de la Maison de France. Le 22 Avril 1803, tous réunis (à l’exception duc d’Enghien, et du prince de Conti qui n’ont pu rejoindre le groupe) autour du comte d’Artois, les Princes de la Maison de France signèrent la déclaration suivante: 

Nous Princes, soussignés, frère, neveu, cousins de S. M. Louis XVIII, roi de France et de Navarre, pénétrés des mêmes sentiments dont notre Souverain Seigneur et Roi se montre si dignement animé dans sa réponse à la proposition qui lui a été faite de renoncer au trône de France, et d’exiger de tous les Princes de sa maison une renonciation à leurs droits imprescriptibles de succession à ce même trône, déclarons : 

Que notre attachement à nos devoirs et à notre honneur, ne peuvent jamais nous permettre de transiger sur nos droits ; nous adhérons de cœur et d’âme à la réponse de notre Roi. Qu’à son exemple, nous ne nous prêterons jamais à la moindre démarche qui puisse nous faire manquer à ce que nous nous devons à nous-mêmes, à nos ancêtres, à nos descendants. 

Déclarons enfin, que positivement certains que la grande majorité des Français partage intérieurement tous les sentiments qui nous animent, c’est en leurs noms comme au nôtre, que nous renouvelons devant Dieu, sur notre épée et entre les mains de notre Roi, le serment sacré de vivre fidèles à l’honneur et à notre légitime Souverain. ""


— Wanstead-House, le 23 Avril 1803. —
Signé
Charles-Philippe de France, comte d’Artois. 
Charles-Ferdinand d’Artois, duc de Berry. 
Louis-Philippe d’Orléans, duc d’Orléans. 
Antoine-Philippe d’Orléans, duc de Montpensier. 
Louis-Charles d’Orléans, comte de Beaujolais. 
Louis-Joseph de Bourbon, prince de Condé. 
Louis-Henri-Joseph de Bourbon-Condé, duc de Bourbon. 

Le 22 Mars 1803, le duc d’Enghien écrira au Chef de sa Maison pour adhérer publiquement aux deux déclarations.

-------------------------------------------------------------------------------------

Alors, nous sommes en pleine période Napoléonienne (1803) & de l'Empire, Napoléon lui même ne reconnaît pas, ces "bourbons d'Espagne" comme Famille Royale de France. Il faudra attendre, le courant légitimiste, que nous allons traités à travers ce blog, pour pointer le bout de son nez, ces pseudos "légitimistes" qui durant le 20ème siècle, iront provoquer des querelles & des revendications mensongères ....

 

Il faut en finir avec les menteurs & escros, dans le mouvement Royaliste Français qui créent des divisions voulus & organisés par les Forces Républicaines, empêchant tout retour des forces Royales & de la Restauration de la Monarchie.

Le Parti de la France Monarchique [P-F-M], ne va plus être considérer comme des fanfarons, les vérités, nous les apportons dans notre objectif & devoir Chevalresque de protéger le Trône de France des usurpateurs, protéger le peuple & Servir Dieu.

 

Pour Dieu & le Futur Roi

Vive la France & Vive le P-F-M

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook
  • Twitter